Laboratoire d'informatique de l'École polytechnique

Soutenance de thèse de Jérémy Ledent: «Sémantiques Géométriques pour la Calculabilité Asynchrone»

Speaker: Jérémy Ledent
Location: Amphi Sophie Germain, bât. Alan Turing
Date: Jeu. 12 déc. 2019, 15h00-17h00

Jérémie Ledent, doctorant dans l'équipe Cosynus, soutiendra sa thèse intitulée «Sémantiques Géométriques pour la Calculabilité Asynchrone» le Jeudi 12 décembre à 15h00, dans l'amphithéâtre Sophie Germain, bâtiment Alan Turing, sur le campus de l'École Polytechnique, à Palaiseau.

Mots clés : Protocoles tolérants aux pannes, Topologie, Logique épistémique

Résumé : Le domaine des protocoles tolérants aux pannes étudie quelles tâches concurrentes sont résolubles dans différents modèles de calcul avec pannes. Des outils mathématiques basés sur la topologie combinatoire ont été développés depuis les années 1990 pour aborder ces questions. Dans ce cadre, la tâche que l’on veut résoudre, et le protocole auquel on fait appel, sont modélisés par des complexes simpliciaux chromatiques. On définit qu’un protocole résout une tâche lorsqu’il existe une certaine application simpliciale entre ces complexes. Dans cette thèse, on étudie ces méthodes géométriques du point de vue de la sémantique. Le premier objectif est de fonder cette définition abstraite de résolution d’une tâche sur une autre plus concrète, basée sur des entrelacements de traces d’exécution. On examine diverses notions de spécifications pour les objets concurrents, afin de définir un cadre général pour la résolution de tâches par des objets partagés. On montre ensuite comment extraire de ce cadre la définition topologique de résolubilité de tâches. Dans la deuxième partie de la thèse, on prouve que les complexes simpliciaux chromatiques peuvent être utilisés pour évaluer des formules de logique épistémique. Cela permet d’interpréter les preuves topologiques d’impossibilité en fonction de la quantité de connaissances à acquérir pour résoudre une tâche. Enfin, on présente quelques liens préliminaires avec la sémantique dirigée pour les programmes concurrents. On montre comment la subdivision chromatique d’un simplexe peut être retrouvée en considérant des notions combinatoires de chemins dirigés.