Maurice Magre - Kurt Weill

Je ne t'aime pas

 

Retire ta main, je ne t'aime pas,
 Car tu l'as voulu, tu n'es qu'un ami.
 Pour d'autres sont faits le creux de tes bras
 Et ton cher baiser, ta tête endormie.

 Ne me parle pas, lorsque c'est le soir,
 Trop intimement, à voix basse mêm',
 Ne me donne pas surtout ton mouchoir:
 Il renferme trop le parfum que j'aim'.

 Dis-moi tes amours, je ne t'aime pas,
 Quelle heure te fut la plus enivrant'.
 Je ne t'aime pas...
 Et s'elle t'aimait bien, et si elle fut ingrat'...
 En me le disant, ne sais pas charmant;
 Je ne t'aime pas...

 Je n'ai pas pleure, je n'ai pas souffert,
 Ce n'était qu'un rêve et qu'une folie.
 Il me suffira que tes yeux soient clairs,
 Sans regret du soir, ni mélancolie.

 Il me suffira de voir ton bonheur,
 Il me suffira de voir ton sourir'.
 Conte-moi coment-il a pris ton coeur
 Et même dis-moi ce qu'on ne peut dir'...

 Non, tais-toi plutôt... Je suis à genoux...
 Le feu s'est éteint, la porte est fermée...
 Je ne t'aime pas.
 Ne demande rien, je pleure... C'est tout.
 Je ne t'aime pas,
 Je ne t'aime pas, ô mon bien-aimé.
 Retire ta main, je ne t'aime pas...

 Je ne t'aime pas...